Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Aller au contenu principal

Résumé

Des représentants du gouvernement, de la société civile, des responsables de l'ONU, du secteur privé et des experts techniques se réunissent à Tripoli pour examiner et discuter des conclusions et recommandations du nouveau rapport sur « L'administration foncière et les droits fonciers en Libye », préparé par ONU-Habitat et Global Land. Réseau d'outils.

L'événement est organisé par le Centre régional de télédétection des États d'Afrique du Nord (CRTEAN) et ONU-Habitat, en partenariat avec le ministère du Logement et des Services urbains de Libye et avec le soutien du ministère de la Coopération économique et du Développement (BMZ). de l'Allemagne.

Le rapport indique que la Libye dispose de bases juridiques, institutionnelles et administratives solides pour la gestion et l'administration des terres, ainsi que de riches traditions en matière d'aménagement du territoire et d'enregistrement des propriétés. Cependant, la population libyenne est actuellement confrontée à une insécurité foncière généralisée, à l’empiétement et à l’appropriation illégale de propriétés privées et publiques, ainsi qu’à des prix des terrains et des logements inabordables. Le dysfonctionnement de l’enregistrement foncier et de l’administration foncière, où la plupart des transactions sont informelles depuis la suspension de l’enregistrement foncier en 2011, contribue largement à ces problèmes.

La hausse du coût des terrains et les dysfonctionnements de l'enregistrement des propriétés limitent sévèrement les investissements publics et privés, affectant négativement le développement économique et la qualité de vie des 80 pour cent de la population vivant dans les centres urbains. L’expansion urbaine non réglementée crée de vastes établissements informels non desservis dans les périphéries urbaines, au détriment des zones agricoles et accroît la dégradation des terres et la désertification.

Du rapport et des discussions, un message ressort clairement. Pour garantir la paix, la stabilité et le développement socio-économique, les institutions libyennes, les partenaires non gouvernementaux et la communauté internationale doivent s'unir pour relever ces défis et rétablir un système opérationnel de gestion et d'administration des terres.

Les recommandations spécifiques incluent la mise en place d'un processus multipartite dirigé au niveau national pour la réforme du secteur foncier et la préparation d'une stratégie nationale d'administration foncière qui intègre les principes d'une administration foncière adaptée aux objectifs et les expériences nationales et internationales réussies. La levée de la suspension de l'enregistrement des terres et des propriétés et la résolution des différends sur la propriété foncière et les droits d'utilisation des terres sont des priorités élevées, afin de débloquer les investissements des acteurs privés et publics et de faire profiter le peuple libyen des dividendes de la paix.

Présentation : Administration foncière et droits fonciers pour la paix et le développement en Libye - Analyse et recommandations

Rapport