Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Aller au contenu principal

Résumé

Apprendre de la Jordanie, du Soudan et du Niger comment faire progresser la neutralité en matière de dégradation des terres et le programme de paix grâce à la sécurité foncière et à la bonne gouvernance foncière

Éviter, réduire et inverser la dégradation des terres est essentiel pour la sécurité alimentaire des générations actuelles et futures, pour la conservation de la biodiversité et pour la réalisation des objectifs climatiques. Dans le contexte actuel de concurrence accrue pour les ressources foncières, d’insécurité alimentaire croissante et d’inégalités, la lutte contre la dégradation des terres est également nécessaire pour prévenir et atténuer les conflits et les déplacements massifs, qui risquent de déstabiliser des pays et des régions entières.

La recherche menée par ONU-Habitat et le Global Land Tool Network (GLTN) « Dégradation des terres et conflits : études de cas du Soudan, de la Jordanie et du Niger » décrit le lien entre la dégradation des terres et les conflits, ses principales caractéristiques et comment il se joue dans le monde. trois pays examinés comme études de cas.

Le rapport constate que « la dégradation des terres est souvent la manifestation de causes profondes de conflit, telles que la pression démographique, la rareté des ressources naturelles, la dynamique transfrontalière, une gouvernance faible, une administration foncière dysfonctionnelle, des politiques d’exclusion et des systèmes juridiques pluriels. En présence de causes profondes de conflit, la dégradation des terres peut être le facteur déclencheur de conflits et de violences, en particulier dans les situations de déplacements massifs et de migrations, d’insécurité alimentaire et de concurrence pour l’utilisation des terres par différents groupes.

La dégradation des terres affecte à la fois les zones urbaines et rurales. Dans les zones rurales, la pauvreté contraint les agriculteurs et les éleveurs des zones arides à adopter des pratiques non durables pour produire davantage de nourriture pour répondre à leurs besoins fondamentaux. Dans les zones urbaines, la disponibilité limitée des ressources foncières ajoute à la pression et contribue à la dégradation des terres périurbaines.

Dans les contextes fragiles, la dégradation des terres et les conflits sont étroitement liés : la dégradation des terres alimente les conflits tandis que les conflits accélèrent la dégradation des terres et mettent en péril la capacité des États et des communautés à s’engager et à investir dans la neutralité en matière de dégradation des terres.

En ce qui concerne la dimension de genre, les femmes sont plus vulnérables aux effets de la dégradation des terres, car elles dépendent souvent des terres qu'elles cultivent, même si elles ne les possèdent pas en leur nom. En outre, malgré leur contribution essentielle à la sécurité de l'approvisionnement alimentaire mondial, la marginalisation des femmes dans les processus décisionnels liés à la terre compromet la durabilité des interventions de lutte contre la dégradation des terres.

Le rapport se termine par une série de mesures visant à atténuer la dégradation des terres et à éviter les conflits qui y sont associés, soulignant l'importance de la sécurité foncière pour parvenir à la neutralité en matière de dégradation des terres : « La protection des droits fonciers des individus et des communautés est essentielle pour lutter contre la dégradation des terres et inverser la tendance. dégradation passée. Une bonne gouvernance foncière et des systèmes de gestion des terres fonctionnels sont essentiels à la protection des droits fonciers et jouent un rôle important dans l’atténuation des causes et la gestion des effets du changement climatique, de la désertification et de la dégradation des terres.

Les points saillants du rapport ont été présentés lors du 50e Comité pour la sécurité alimentaire, lors de l'événement parallèle 31 sur « Libérer le potentiel des VGGT grâce à la neutralité en matière de dégradation des terres », le 13 octobre 2022 à 13h30 CET.