Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Aller au contenu principal

En août 2020, le programme pays d'ONU-Habitat pour le Soudan et le Global Land Tool Network (GLTN) ont publié le rapport « Darfur Land Administration Assessment: Analysis and Recommendations », élaboré en étroite coopération avec l'équipe de pays des Nations Unies au Soudan, l'ONU. - Opération hybride de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) et Commission foncière du Darfour.

Le rapport évalue les systèmes d'administration foncière statutaires et coutumiers dans les cinq États du Darfour et fournit des conseils sur la manière de garantir les droits fonciers et de propriété des personnes retournant volontairement au Darfour et d'autres groupes vulnérables - tels que les personnes déplacées, les réfugiés, les femmes et les jeunes. Le rapport fournit également des recommandations pour améliorer l'administration foncière de manière adaptée, progressive et réalisable, au bénéfice de l'ensemble de la population du Darfour. Un système de gestion des terres adéquat et efficace sera essentiel pour soutenir la transition du Darfour de la phase humanitaire à la phase de développement tout en garantissant son développement social et économique et le succès des efforts de paix et de stabilisation. Le rapport est le résultat d'une évaluation sur le terrain, d'entretiens et de consultations avec des informateurs concernés provenant d'organisations clés des Nations Unies, de la MINUAD, de la Commission foncière du Darfour, de la Commission des retours volontaires et des réinstallations, d'ONG, d'institutions gouvernementales, d'administrations judiciaires autochtones et de chefs tribaux, de personnes déplacées, de nomades et d'agriculteurs. .

Le rapport identifie les principales parties prenantes et institutions du secteur foncier : le gouvernement, les institutions coutumières, les acteurs non étatiques et les agences des Nations Unies. Il décrit et clarifie les politiques foncières, les systèmes d'administration foncière, les mécanismes de résolution des litiges, les typologies foncières et les processus techniques - tant statutaires que coutumiers. Il détermine les lacunes dans la capacité globale et les capacités nécessaires pour relever les défis, et identifie des séries de recommandations, de stratégies et de priorités d'action précoces.

Les recommandations sont divisées en trois niveaux : stratégique, technique et à court terme. Les recommandations stratégiques concernent la manière d'éclairer la formulation des politiques et la prise de décision pour améliorer la gestion et l'administration des terres. Ils répondent aux besoins suivants : mieux comprendre le lien entre terre et conflit ; élargir la gamme des options foncières légalement reconnues ; reconnaître formellement le rôle des acteurs de l’administration foncière coutumière ; améliorer les mécanismes existants de résolution des conflits fonciers et les droits fonciers des femmes ; passer à des approches d’administration foncière adaptées aux objectifs ; définir les rôles et les responsabilités des institutions étatiques et fédérales ; et de bâtir des partenariats au sein et au-delà du cadre de solutions durables.

Les recommandations techniques fournissent plus de détails sur la manière de clarifier et d'améliorer les fonctions d'administration foncière des différentes institutions gouvernementales et les rôles des acteurs statutaires et coutumiers, y compris le renforcement de la capacité du gouvernement et des administrations foncières autochtones à : entreprendre la planification, l'arpentage, la régularisation foncière, l'expropriation foncière. et la régularisation des installations de déplacés internes ; améliorer la gestion de l'information foncière et le financement ; et développer la capacité en matière d’administration foncière et de droits HLP des principales parties prenantes. Enfin, le rapport comprend un ensemble de recommandations à court terme pour des actions concrètes en matière de gouvernance foncière, d'aménagement du territoire, de gestion de l'information foncière et de mécanismes de règlement des différends, et propose des approches de développement des capacités pour le gouvernement, les administrations foncières autochtones, les organisations communautaires. et les organisations de la société civile, le monde universitaire et les professionnels du foncier.

Vous pouvez télécharger le Brief en arabe, ci-dessous :